Des Passions, Jean Sébastien BACH en conçu plusieurs (5 ou 6) : Matthieu, Jean, Luc et Marc (Ces 2 dernières, reconstituées sont disponibles au disque) .

 passion_matthieu.pngSa St Matthieu est de loin la plus complexe. Le Cantor l''écrivit pour 2 chœurs et 2 orchestres selon la topographie à 2 orgues sur 2 nefs de St Thomas de Leipzig comme en attestent l'iconographie et le témoignage du sacristain de l'époque. Les recherches du célèbre musicologue contemporain Allemand Konrad KÜSTER vont dans le même sens.La 1er représentation de l’œuvre en 1727 fut vraisemblablement donnée selon ce principe. Elle est admirablement interprétée au disque par René JACOBS en 2014 et vient rejoindre les 2 versions de « référence » : celle de Gustav LEONHARDT (avec la Petite Bande) et la présente. Car si les versions de la St Matthieu sont nombreuses, le qualitatif ne rejoint pas le quantitatif. Étant entendu que cette Passion est nativement Baroque et non « classicisante » et/ou romantique dans son interprétation..

Venons en au présent enregistrement.

Paul MC CREESH a délibérément opté pour le choix de la simplicité et des effectifs réduits à l'essentiel, semblables à ceux dont disposait JS BACH d’ordinaire. Réalisée dans un esprit relativement intimiste, cette captation résolument « à taille humaine » met en exergue le caractère spirituel de cette œuvre magnifique et transcendante. Donc, ici, pas d'orgue « bourdon », pas de chanteuses et de chanteurs « jupitériens » ni de chœur massif souvent opacifiant, mais le terrible et libérateur récit chantée et jouée de la Passion glorieuse et souffrante d'un Jésus tellement humain et montant au supplice en tant qu’homme.

Ici, enfin on entend, dans une tonalité intelligemment baroque,tous les instruments, l’orgue est un orgue d'église. Les voix sont là, bien présentes, clairs et si humaines, souvent poignantes. L'articulation trinitaire de la Passion est une réussite totale : chœur (la 'turbae » soit la foule), les superbes solistes et un remarquable orchestre aux belles tonalités boisées et cordées. Ces 3 composantes, subtilement intriquées, sont menées de main de maître dans un profond respect de la partition.

JS BACH, qui aurait détesté, qu'on ose le nommer le « 5em évangéliste », vous prend par la main pour vous accompagner vers l'indicible beauté et un mystère insondable. Laissez vous emporter par cette version originale et fort bien enregistrée.

Superbe.

KANTATEN